Les ulcères

Un ulcère gastrique est une érosion de la muqueuse de l’estomac.

Cette s'accompagne de lésions plus ou moins profondes qui rendent la cicatrisation difficile.
La guérison d'un ulcère n'aboutit pas à la restitution complète du revêtement épithélial, mais laisse des cicatrices.

Excès de stress, surentraînement, alimentation mal répartie au cours de la journée sont autant de facteurs qui peuvent provoquer l’apparition d’ulcères gastriques.

Il convient de limiter les apports de céréales (excès d'amidon) qui pourraient augmenter le risque d'hyper acidité stomacale (baisse du pH).

Il faut donc diversifier les sources d'énergie en équilibrant la ration en amidon, sucre, cellulose et matière grasse végétale.

La distribution de foin de pré (brins longs à mâcher) en quantité suffisante (5 à 7 kg par jour) contribue à limiter l'apparition des ulcères.

Une étude* a mis en évidence le lien entre la pathologie ulcéreuse et les pratiques alimentaires.
* Etude menée de mars 2007 à février 2008, par le Département  Recherche et  Développement InVivo NSA (Marie Varloud, Docteur en nutrition équine), le Docteur Vétérinaire Mathews Martin et l'ENESAD, équipe Uranie de l'AGROSUP de Dijon.

 39 trotteurs répartis dans 7 écuries d'entraînement et suivis par la clinique vétérinaire du Plessis (Oise). 72 % des chevaux présentaient des ulcères gastriques et 60% étaient soumis à un travail élevé.  3 types de ration étaient distribués (aliments élaborés et céréales), moins de 20 % d'aliments élaborés (granulés, floconnés) de 20 à 60 % d'aliment élaborés et 100 % d'aliments élaborés.

Le résultat de cette étude a démontré que quel que soit le niveau d'activité, les aliments élaborés contrairement à une l'alimentation traditionnelle (orge , avoine), apparaissent comme un facteur de protection des muqueuses gastriques des chevaux (zone basse de l'estomac : muqueuse glandulaire). Dans cette étude, les chevaux recevant des concentrés sous forme de céréales ont été plus gravement atteints par les ulcères gastriques. De plus, les aliments élaborés apportent un pourcentage beaucoup plus faible d'amidon (10 à 25 %) par rapport aux céréales (45 à 60 %).  Le cheval ne disposant pas de beaucoup d'amylase (enzyme) pour digérer l'amidon, il est donc judicieux de ne pas lui en apporter trop dans ses rations quotidiennes.

Les aliments ROYAL HORSE H 250, H 350 et S 350 (chevaux semiors) ont été formulés pour limiter les risques d'ulcères (niveau de fibres important, amidon limitée, BACA élevée). 

Contactez votre vétérinaire.