L’hémicellulose

Ce sont des fibres hautement digestibles.

Elles permettent de :

  • sécuriser la ration par l’apport de fibres de qualité
  • améliorer le confort digestif des chevaux

Sources d’hémicellulose : pulpes de betterave, paille de céréales, rafles de maïs, coques de soja, son de maïs, cosses d’avoine, cosses épeautre, foin de graminées, remoulage de blé…
L'hémicellulose est à doser scientifiquement dans les rations : c’est le rôle des formulateurs au sein des fabricants d’aliments pour chevaux.
Elle est calculée d’après le dosage de Van Soest et al., 1991, par différence entre la teneur en NDF et la teneur en ADF. 
Elle représente les fractions pariétales sous forme de polymères d’arabinose, xylose, glucose, fructose, mannose et galactose.

NDF : Neutral Detergent Fiber : ensemble des glucides pariétaux hormis les substances pectiques, gommes et mucilages (fibres solubles)
ADF : Acid Detergent Fiber : lignocellulose (cellulose et lignine)

NDF – ADF = Hémicellulose

Il faut distinguer les fibres solubles et les fibres insolubles :

  • Les fibres solubles sont représentées par les substances pectiques (pulpes de betteraves, agrumes, marc de pommes…), les gommes et mucilages (graines de lin) et une part des hémicelluloses. Ces fibres solubles ont des propriétés gélifiantes ou viscogènes qui ont une influence sur la satiété, la vitesse de digestion et la régulation métabolique de la glycémie, de l’insulinémie et du cholestérol.
  • Les fibres insolubles sont constituées principalement de cellulose vraie, celle-ci s’imprègne au cours du vieillissement des végétaux, de lignine, de cutine, de subérine… ces dernières ont un effet négatif sur la digestion car il s’agit d’une cellulose plus polymérisée et plus lignifiée, donc moins digestible.

Les fibres ont un effet de lest qui est primordial sur l’hygiène digestive en prévenant les troubles digestifs (diarrhées, indigestions, dysmicrobisme ) et leurs conséquences (coliques, fourbures…)

L’effet mécanique des fibres alimentaires, notamment sous forme de son de blé, est bénéfique pour :

  • la motricité intestinale
  • la stimulation de la sécrétion pancréatique d’amylase
  • l’accélération du transit atténuant les risques de dysmicrobisme caecocoliques
  • l’accroissement de l’humidité, la consistance et le moulage des crottins
  • l’apport énergétique
  • la diminution de la pression dans l’intestin

Plus les fibres sont digestibles, plus elles ont un intérêt énergétique élevé et plus elles sont sécurisées pour le transit digestif.

Les apports minimaux en cellulose brute (CB) chez le cheval doivent être entre 15 et 18 %, mais il est plus précis de tenir compte de l’apport de fibres totales (NDF) et de lignocellulose (ADF) et par différence de quantifier l’apport d’hémicellulose des aliments.